Canther Équipe Abbadie

Équipe : Sénescence, fibrose et cancer

Notre équipe « Sénescence, fibrose et cancer » (acronyme: SENFIB) est composée de chercheurs, professeurs associés, cliniciens joignant leur expertise, et leurs ressources pour développer des programmes de recherche fondamentaux et translationnels concernant l’impact des deux principales formes de vieillissement cellulaire (sénescence et fibrose) sur l’initiation du cancer ainsi que sur la récidive du cancer après la dormance.

Dans ce contexte, les objectifs de l’équipe (schématisés dans la figure suivante) seront de décrypter les interrelations entre sénescence et fibrose, d’analyser leur fonction sur la tumorigenèse dans le contexte du vieillissement et en réponse aux thérapies anti-cancéreuses et de rechercher de nouveaux séno-fibrolytiques qui pourraient éliminer ces cellules pour diminuer leurs impacts.

Senescence, fibrosis and cancer, presentation

Notre recherche se concentre sur :

  1. La recherche de voies communes contrôlant la mise en place de la sénescence et de la fibrose
  2. Décrypter certains des mécanismes par lesquels la sénescence et la fibrose pourraient favoriser les premières étapes de la cancérogenèse
  3. Chaque année, nous accueillons 6 à 10 étudiants (L3, M1, Master 2, PhD) et post-doctorants au laboratoire (Technologie, Sciences de la Santé, Médecine et Pharmacie). Nous appartenons à l’école doctorale biologie-santé (http://edbsl.univ-lille2.fr/).

    Trouver de nouvelles cibles pour les séno-fibrolytiques parmi les ARN non codantsDans l’ensemble, notre équipe est impliquée dans de nouvelles connaissances fondamentales sur la régulation moléculaire de la sénescence et de la fibrose, deux états cellulaires associés à l’âge et induits par la thérapie anticancéreuse. Des projets interdisciplinaires avec des bioinformaticiens et des statisticiens permettront de développer de nouveaux modèles originaux des réseaux moléculaires. Notre projet fournira également des preuves de l’impact de ces états cellulaires reprogrammés sur l’initiation du cancer et la résistance des cellules cancéreuses à la thérapie par le biais de mécanismes autonomes de dormance des cellules tumorales ou par l’altération du microenvironnement. Des programmes translationels impliquant les cliniciens de l’équipe ainsi que des collaborations avec le Centre Oscar Lambret et OncoVet permettront d’évaluer le potentiel d’élimination des cellules sénescentes et/ou fibrotiques en tant que nouvelles thérapies pour empêcher l’initiation de deuxièmes néo-cancers post-traitement ou pour diminuer la résistance des cellules cancéreuses au traitement, l’entrée en dormance et la récurrence de la maladie.

> CHERCHEURS
> INGÉNIEURS / TECHNICIENS
> ÉTUDIANTS

CHERCHEURS

Pr Corinne ABBADIE, Professeur des Universités PU, PhD
Recherche : Corinne Abbadie travaille sur le rôle de la sénescence cellulaire dans les premières étapes de la tumorigenèse. Elle étudie plus particulièrement les perturbations induites par le stress oxydant et les conséquences en termes de dommages à l’ADN et d’activité autophagique.
Mots clés : sénescence, stress oxydant, dommages de l’ADN, autophagie, apoptose, cancer.
Enseignements : Corinne Abbadie est Professeur de Biologie à l’Université de Lille. Elle enseigne la Biologie cellulaire en L1, la biologie des cellules souches en L3, et la sénescence cellulaire et l’autophagie en M1. Elle encadre également des stagiaires de M2 et des doctorants.

corinne.abbadie(@)ibl.cnrs.fr

Dr Yvan DE LAUNOIT, Directeur de Recherche CNRS, PhD

Responsabilités collectives : Directeur Adjoint Scientifique INSB CNRS, Directeur adjoint ITMO Cancer, Porteur CPER Cancer.

yvan.delaunoit(@)ibl.cnrs.fr

Dr Dominique LEPRINCE, Directeur de Recherche CNRS, PhD
Recherche : Nous caractérisons les rôles de HIC1 dans la réponse aux dommages à l’ADN.
Mots-clés : HIC1, gène suppresseur de tumeur, régulation transcriptionnelle, réponse aux dommages à l’ADN.

dominique.leprince(@)ibl.cnrs.fr

Pr François GLOWACKI, Nephrologue, MD PhD
Recherche: Notre objectif est d’étudier le rôle joué par les ARN non codants dans les maladies rénales chroniques et de développer des thérapies anti-sens efficaces pour ces troubles.
Mots-clés: ARN non codants, fibrose, maladie rénale chronique.
Enseignement: néphrologie, maladie rénale chronique, fibrose rénale.

francois.glowacki(@)chru-lille.fr

Dr Nicolas POTTIER, biologiste, PharmD PhD
Recherche :  Notre objectif est de développer de nouvelles thérapies pour diverses conditions pathologiques en découvrant les principes biologiques fondamentaux impliqués dans leur physiopathologie.
Mots clés : signaling, ARN non codants, biologie cellulaire et moléculaire, fibrose, cancer.
Enseignements : Biochimie et biologie moléculaire.

nicolas.pottier(@)univ-lille.fr

Dr Christelle CAUFFIEZ, Maître de conférences MCU, PhD
Recherche : Notre objectif est d’étudier le rôle joué par les ARN non codants dans les maladies prolifératives (fibrose, cancer) et de développer des thérapies anti-sens efficaces pour ces troubles.
Mots-clés : ARN non codants, fibrose, cancer, biologie moléculaire et cellulaire.
Enseignement
: biologie moléculaire, biochimie, biologie cellulaire et toxicologie (Université de Lille).

christelle.cauffiez(@)univ-lille.fr

Dr Albin POURTIER, Maître de conférences MCU, PhD
Recherche : après un doctorat et premier postdoc sur la résistance multi-drogues dans les cancers, a développé des recherches et des modèles pour étudier le rôle des facteurs de transcription ETS dans l’angiogenèse et le cancer. Depuis 2005, les recherches en cours se concentrent sur l’initiation et la progression du cancer dans un microenvironnement vieillissant, en particulier sous l’angle du contrôle intercellulaire de l’initiation du cancer à partir des cellules épithéliales sénescentes, par le microenvironnement sénescent et son sécrétome (SASP).
Mots-clés : MDR – Facteurs ETS – Angiogenèse – Caractéristiques du cancer – Microenvironnement – Initiation au cancer – Progression du cancer – Relations intercellulaires – Vieillissement – Risque de cancer – Sénescence – Phénotype sécrétoire associé à la sénescence (SASP) – Modèles animaux.
Enseignement : Biologie cellulaire (Cours de première année), Embryologie animale (Cours, turoriels et travaux pratiques, deuxième année), Stratégies expérimentales et contributions des modèles animaux en biologie (Responsable) (Cours magistraux et cours intégrés, troisième année de licence), Risque de cancer, microenvironnement et vieillissement (Master Sciences de la Santé, Université de Lille). Directeur d’études, de deux programmes / an. Responsable d’un séminaire de master de deux jours.

albin.pourtier(@)ibl.cnrs.fr

Dr Olivier PLUQUET, Maître de conférences MCU, PhD
Recherche : L’objectif global est de comprendre le rôle du réticulum endoplasmique (RE), premier compartiment de la voie sécrétoire, et des voies émanant de la RE dans le contrôle de l’homéostasie protéique, lors du vieillissement cellulaire (sénescence, fibrose) et stades d’initiation et de progression tumorale.
Mots-clés : sénescence, fibrose, cancer, UPR, signalisation, vieillissement.
Enseignement
: Olivier Pluquet est maître de conférences à l’Université de Lille et participe à l’innovation pédagogique. Il enseigne la biologie cellulaire, les caractéristiques du cancer à la faculté de médecine, la sénescence, le vieillissement en Master (Lille, Paris et Namur).

olivier.pluquet(@)ibl.cnrs.fr

Dr Vanessa DEHENNAUT, Maître de conférences MCU, PhD
Recherche : Vanessa Dehennaut étudie l’implication de la O-GlcNAcylation, une modification post-traductionelle des protéines nucléocytoplasmiques considérée comme un senseur nutritionnel, dans l’étiologie et le traitement des cancers colorectaux et plus particulièrement à son potentiel pouvoir inducteur de sénescence en réponse aux chimiothérapies.
Mots clés: O-GlcNAcylation, nutrition, cancer colorectaux, senescence.
Enseignements : Vanessa Dehennaut est maître de Conférences à l’Université de Lille et est directrice des études du master MEEF Biotechnologies. Elle enseigne l’embryologie (L2 Sciences de la Vie), la signalisation du cycle cellulaire et la biologie moléculaire (M1 et M2 MEEF Biotechnologies). Elle encadre également des stagiaires de tous niveaux et des doctorants.

vanessa.dehennaut(@)ibl.cnrs.fr

Dr Gautier GOORMACHTIGH, Chercheur CNRS, PhD
Recherche :
Étude de la sénescence cellulaire et de ses mécanismes d’échappement dans l’initiation des cancers, notamment via l’analyse des mécanismes de contrôle et des conséquences de la réparation des dommages à l’ADN causés par le stress oxydant ou les radiations.
Mots-clés : Sénescence, cancers, dommages à l’ADN, mutations, cycle cellulaire, radiothérapie, inflammasome, NLRP6.

gautier.goormachtigh(@)ibl.cnrs.fr

Dr Grégoire SAVARY, Post-Doctorant, PhD
Recherche :
Étude des aspects moléculaires de la fibrose pulmonaire idiopathique et de son lien avec le vieillissement.  Rôle des voies UPR et de la sénescence dans le développement de la fibrose pulmonaire.
Mots-clés :
Fibrose, Myofibroblasts, ARN non codants, miARN, Analyses transcriptomiques, UPR.

gregoire.savary(@)ibl.cnrs.fr

INGÉNIEURS / TECHNICIENS

Nathalie MARTIN : Ingénieur d’étude, CNRS
Référent de laboratoire de niveau de biosécurité 3; Sauveteur; Feu « Serre-file ».
Compétences
: Biologie cellulaire; Virologie; Cytométrie en flux; Biologie moléculaire ; Expérimentation animale niveau 1.

nathalie.martin(@)ibl.cnrs.fr

Ingrid LOISON : Assistant ingénieur CNRS
Compétences : Biochimie, biologie moléculaire, culture cellulaire, expérimentation animale.

ingrid.loison(@)ibl.cnrs.fr

Nathalie SPRUYT : Ingénieur d’étude, CNRS
Compétences : Biochimie, biologie moléculaire, culture cellulaire.nathalie.spruyt(@)ibl.cnrs.fr

Elise SROUR : Ingénieur d’étude, CNRS CDD
Compétences : Immunochimie, biochimie des protéines, culture cellulaire, biologie moléculaire.

elise.srour(@)ibl.cnrs.fr

Edmone DEWAELES : Ingénieur d’étude, Univ. Lille
Compétences : Expérimentation animale, biologie moléculaire et cellulaire, biochimie des protéines.

edmone.dewaeles(@)univ-lille.fr

Dr Cynthia VAN DER HAUWAERT, PhD : Ingénieur hospitalier, CHU Lille
Compétences : Immunochimie, biochimie des protéines, culture cellulaire, biologie moléculaire, expérimentation animale.
Responsabilités collectives : Assistante de prévention.

cynthia.vanderhauwaert(@)chru-lille.fr

Clémentine DE SCHUTTER : Technicienne de recherche, IPL
Compétences : Culture cellulaire, biochimie, biologie moléculaire, immunohistochimie.

clementine.de-schutter(@)ibl.cnrs.fr

Corentin DE SOUSA : Technicien de recherche, Univ. Lille CDD
Compétences : Biochimie (dosage des protéines, ELISA, Western Blot), biologie moléculaire (extraction d’ADN génomique/plasmidique, ARN), RT-qPCR, culture cellulaire (Primaire et lignée cellulaire) et expérimentation animale de niveau 2.

corentin.de-sousa(@)univ-lille.fr

ÉTUDIANTS

Amélie DECOURCELLE (D3, doctorante)
Régulation de l’expression de UNC5A par l’axe OGT-EZH2: une nouvelle connexion entre nutrition, épigénétique et cancer colorectal.

amelie.decourcelle(@)ibl.cnrs.fr

Souhila ABDELFETTAH (D3, doctorante)
Conséquences fonctionnelles de la surexpression de l’isoforme courte de la protéine Polycomb-like hPCL3, hPCL3S dans les tumeurs prostatiques.

souhila.abdelfettah(@)gmail.com

Erwan GOY (D3, doctorant)
Rôle de la sénescence radio-induite dans le développement de sarcomes radio-induits.

erwan.goy(@)ibl.cnrs.fr

Julie LEMAIRE (D2, doctorante)
Rôle et potentiel thérapeutique de l’ARN non codant polycistronique MIR17HG en cancérogenèse pulmonaire.

julie.lemaire(@)univ-lille.fr

Sandy FELLAH (D1, doctorante)
Rôle et potentiel thérapeutique de l’ARN non codant polycistronique DNM3OS dans la fibrose hépatique.

sandy.fellah(@)univ-lille.fr

Alexandre VAN OUTRYVE (M2R)
Sénescence et voie de réponse au stress ATF6a.

alexandre.vanoutryve.etu(@)univ-lille.fr

Inès METATLA (M2R)
O-glcNAcylation et cancer colorectal.

ines.metatla(@)ibl.cnrs.fr

A- Mécanismes moléculaires de la sénescence cellulaire qui ont un impact sur la transformation néoplasique.

A.1- Sénescence et Émergence néoplasique post-sénescence

Le paradigme dominant dans le domaine de la sénescence est que la sénescence est un mécanisme suppresseur de tumeur que la cellule doit contourner pour devenir immortelle et tumorigène. À ce titre, il s’agit de la première ligne de défense induite suite à une activation oncogénique initiale. Les expériences que nous avons réalisées à l’aide de NHDFs ont confirmé ce concept. En effet, en culture in vitro, les NHDFs subissent une phase de croissance exponentielle suivie d’un plateau de sénescence, très stable, associé à des télomères raccourcis qui induisent une réponse permanente aux dommages à l’ADN (DDR) et un arrêt irréversible du cycle cellulaire (Nassour et al, Nature Commun, 2016). En revanche, les NHEKs subissent également une phase de croissance exponentielle suivie d’un plateau de sénescence, mais ce dernier n’est que transitoire et conduit à deux issues différents. La principale issue est la mort cellulaire qui affecte presque toutes les cellules. L’issue alternative affecte seulement environ une cellule sur 10 000. Ces cellules rentrent dans le cycle cellulaire et génèrent des clones de cellules qui prolifèrent à nouveau. Nous avons établi par des analyses transcriptomiques que ces cellules post-sénescence (PS) sont transformées (Martin et al, Cancer moléculaire, 2014) et nous avons montré par des tests de xénogreffe chez des souris immunodéprimées qu’elles sont tumorigènes (Gosselin et al, Cancer Res, 2009). Nous avons donc appelé ce phénomène Emergence néoplasique post-sénescence (PSNE). Les NHEKs sénescentes et Post-Sénescentes (PS) affichent toujours de longs télomères, bien que la télomérase ne soit pas réactivée. Les cellules PS ne sont pas la descendance de cellules déjà transformées, ou cellules souches, qui auraient pu être présentes dans l’explant tissulaire d’origine, mais proviennent de la division de cellules mères pleinement sénescentes par un mécanisme atypique de mitose appelé néose (Gosselin et al, Cancer Res, 2009). La PSNE n’est pas spécifique des kératinocytes: nous avons décrit un phénomène similaire dans les cellules épithéliales mammaires normales (HMEC) (Nassour et al, Nature Commun, 2016).

Contact :
Corinne Abbadie, Corinne.abbadie@ibl.cnrs.fr
Olivier Pluquet, olivier.pluquet@ibl.cnrs.fr

A.2- L’émergence néoplasique post-sénescence procède en échappant à la mort cellulaire autophagiqueh

En observant les cultures NHEK, nous avons émis l’hypothèse que les cellules sénescentes qui ne produisent pas de cellules PS meurent, ce qui suggère que la PSNE pourrait nécessiter un échappement à la mort cellulaire. Pour tester cette hypothèse, nous avons d’abord dû établir le mécanisme de la mort des cellules sénescentes qui était complètement inconnu. Nous avons démontré que les NHEKs sénescentes ne meurent pas par apoptose mais suite à une suractivation de l’autophagie (Gosselin et al, Am J Pathol. 2009). Nous avons poursuivi ce travail en recherchant ce qui pourrait induire cette activité autophagique élevée. Nous avons montré que la voie NF-kB> MnSOD> H2O2 dont nous avions démontré auparavant l’implication dans la survenue de sénescence dans les NHEKs (Bernard et al. Cancer Res 2004) était également responsable de l’induction de l’activité autophagique associée, via l’induction des dommages oxydatifs aux mitochondries et au noyau (Deruy et al. Plos One, 2010). Nous avons en outre démontré que l’inhibition de l’autophagie dans les NHEKs sénescents favorise la PSNE, démontrant formellement que la PSNE nécessite en effet un échappement à la mort cellulaire autophagique. Fait intéressant, nous avons également observé que les inhibiteurs de l’autophagie ont un effet de dose: à faibles doses, ils favorisent la PSNE, tandis qu’à fortes doses, ils ont tendance à la réprimer, ce qui suggère que les cellules sénescentes doivent maintenir une activité autophagique de contrôle de qualité pour pouvoir rentrer dans le cycle cellulaire (Deruy et al, Cell Death and Disease, 2014).

Contact :
Corinne Abbadie, Corinne.abbadie@ibl.cnrs.fr

A.3- L’émergence néoplasique post-sénescence se produit à la suite de ruptures d’ADN simple brin non réparées

La réponse aux dommages à l’ADN (DDR) et l’activation de la voie p53 / p21 sont reconnues comme le principal mécanisme responsable de la robustesse et de l’irréversibilité de l’arrêt du cycle cellulaire à la sénescence. Elle est induite suite au raccourcissement des télomères ou suite à une activation oncogénique [2]. Dans le cas de la sénescence des NHEKs et HMECs, nous avons montré que cette voie n’est pas activée.

Au lieu de cela, la sénescence dans ces cellules épithéliales résulte d’un stress oxydatif léger, pas assez élevé pour induire des ruptures d’ADN double brin (DSB) et l’activation de la voie DDR, mais assez pour induire des ruptures d’ADN simple brin (SSB). Il est important de noter que l’expression de PARP1, l’enzyme de première ligne de la signalisation SSB, diminue également en réponse au stress oxydatif. Par conséquent, les « blocs » de SSB restent non réparés et s’accumulent. Cette accumulation active la p38MAPK qui induit la régulation à la hausse de l’inhibiteur du cycle cellulaire p16 et l’arrêt du cycle cellulaire. Contre-intuitivement, nous avons montré que l’accumulation des SSB non réparés est également responsable de la PSNE. En effet, la PSNE est abrogée par les anti-oxydants et par la ré-expression de PARP1 (Nassour et al, Nature Commun, 2016).

Par conséquent, une caractéristique récurrente majeure de la sénescence est l’accumulation de dommages non réparés à l’ADN. Cependant, selon la nature des dommages, le résultat cellulaire est très différent. Lorsque les dommages induisent la voie DDR, l’état sénescent est très stable et se comporte comme un état suppresseur de tumeur cellulaire autonome. En revanche, lorsque les dommages n’activent pas la voie DDR mais conduisent à l’arrêt du cycle cellulaire uniquement par p16 et lorsqu’ils sont associés à d’autres dommages organites d’origine oxydative, les cellules sénescentes ont deux conséquences: presque toutes meurent par autophagie, et quelques-unes échappent à la mort cellulaire autophagique et réintègrent le cycle cellulaire. En raison de la présence de SSB non réparés, les cellules filles acquièrent des mutations et des propriétés néoplasiques. Un tel mécanisme de sénescence est donc oncogène. Surtout, nous avons mis en évidence ces deux types de sénescence dans des coupes tissulaires de peau humaine, la première dans les fibroblastes du derme, la seconde dans les kératinocytes de l’épiderme (Nassour et al, Nature Commun, 2016).

Nous avons écrit trois articles de synthèse argumentant sur les mécanismes et les spécificités de la sénescence dans les cellules épithéliales (Nassour et Abbadie, Oncologie moléculaire et cellulaire, 2016; Abbadie et al, Cellulaire et moléculaire Life Sciences, 2017; Goy et Abbadie, Medecine / Sciences, 2018).

Contact :
Corinne Abbadie, Corinne.abbadie@ibl.cnrs.fr

A.4- Le sécrétome des fibroblastes sénescents améliore les événements cancérigènes précoces de la peau

Un autre paradigme bien démontré dans le domaine de la sénescence est que, bien qu’il soit dans un état suppresseur de tumeur, un fibroblaste sénescent produit un sécrétome modifié – le phénotype sécrétoire associé à la sénescence (SASP) – qui a des effets inflammatoires paracrines et favorisant la tumeur sur des cellules épithéliales déjà pré-transformées, mais pas sur des cellules épithéliales normales. Nous avons profité de notre modèle de PSNE pour déterminer si le SASP pouvait également stimuler les phases très précoces de la cancérogenèse. Nous avons démontré qu’un milieu de culture conditionné par des NHDF sénescents était capable d’augmenter la fréquence PSNE et d’augmenter la transition épithélium-mésenchyme des NHEKs PS. Nous avons mis en évidence les métalloprotéinases matricielles 1 et 2 (MMP1 et MMP2) comme les principaux composants du SASP responsable de ces changements. Nous avons identifié le récepteur activé par la protéase 1 (PAR1) comme un récepteur spécifiquement surexprimé dans les PS NHEK, activé par MMP1 et MMP2 et transduisant les changements de transition épithélium-mésenchyme (Malaquin et al. Plos One 2013).

Contact :
Albin Pourtier, albin.pourtier@ibl.cnrs.fr

A.5- La sénescence cellulaire implique une voie intracrine de prostaglandine E2 dans les NHDFs

Les médiateurs lipidiques tels que les prostaglandines pourraient également être des composants du SASP protumorigène en plus des cytokines, des facteurs de croissance et des MMP déjà décrits. Nous avions montré il y a quelques années que la COX-2, l’enzyme limitante et inductible de la voie de biosynthèse des prostaglandines, participe à la sénescence des NHDF (Zdanov et al. Exp Cell Res 2007). Nous avons donc étudié plus en détail comment cette voie induit la sénescence. Nous avons montré que la PGE2, principale prostaglandine produite par COX-2, est capable d’induire à la fois le début et le maintien de la sénescence. Elle ne le fait que lorsqu’elle est importée à l’intérieur de la cellule par le transporteur PGE2/lactate, ce qui indique que la PGE2 agit sur la sénescence plus via le pool de récepteurs EP intracellulaires que via ceux localisés à la surface cellulaire. Le traitement avec des agonistes, des antagonistes et l’inhiition des récepteurs EP par ARN interférence a révélé que, parmi les EP, EP3 était le plus impliqué dans la transduction des effets intracrines de la PGE2 (Pluquet et al. BBA Lipids 2013).

Contact :
Olivier Pluquet, olivier.pluquet@ibl.cnrs.fr

A.6- La sénescence est associée au stress du réticulum endoplasmique et à l’activation de la réponse UPR (Unfolded Protein Response)

Puisque le réticulum endoplasmique (RE) est le premier organite de la voie sécrétoire, nous avons émis l’hypothèse que les changements dans le SASP pourraient être la conséquence d’un stress du RE se produisant à la sénescence. Nous avons montré que les NHDFs présentent une expansion du RE associée à une activation légère et chronique de la voie de la réponse UPR. Nous avons étudié plus précisément l’activation des trois bras de l’UPR, PERK, IRE1 et ATF6a, qui contribuent à rétablir l’homéostasie du réticulum par des effecteurs spécifiques. Nous avons montré que l’inhibition de la voie ATF6a, et seule cette voie, supprimait en partie certains marqueurs de sénescence, dont l’augmentation de certains composants du SASP (Druelle et al, Oncotarget, 2016).

Nous avons ensuite postulé que l’UPR pourrait fonctionner en sénescence par la voie COX-2 décrite ci-dessus, car la plupart des enzymes et des récepteurs de cette voie sont associés à la membrane ER. L’inhibition de l’ATF6a par ARN interférence dans les NHDFs pré-sénescents, mais pas de PERK ou IRE1, a induit une diminution des expressions COX-2 et PGES1 et 2 ainsi qu’une diminution de la production de PGE2. Corrélativement, cela a retardé partiellement l’apparition de marqueurs de sénescence, y compris certains composants SASP. Ces effets ont été évités en favorisant l’importation de PGE2, mais pas seulement en fournissant de la PGE2 extracellulaire. Inversement, le traitement de NHDFs jeunes par des inducteurs de stress du RE tel que le dithiothréitol induit une sénescence prématurée accompagnée d’une surexpression de COX-2 et d’une production de PGE2. L’inhibition de l’activité COX-2 par NS398 bloque partiellement le phénotype sénescent prématuré induit par le dithiotreitol. Pris ensemble, ces résultats indiquent que le stress du RE est un inducteur de sénescence, opérant, au moins en partie, par une voie ATF6a / COX-2 / PGE2 / intracellulaire EP3 (Cormenier et al, Mechanisms of Aging and Development, 2018). Les rôles du stress du RE et de l’activation de l’UPR à la sénescence a été décrit dans Pluquet et al, Am J Physiol Cell Physiol, 2015.

Contact :
Olivier Pluquet, olivier.pluquet@ibl.cnrs.fr

Publications : voir liste de publications

Collaborations :
Local :

  • Mathias Chamaillard (CIIL, Institut Pasteur de Lille)
  • Rejane Paumelle (EGID, UMR1011)
  • Natacha Prevarskaya (U1003)
  • Florence Renaud (CBP, CHRU Lille)
  • Frank Lafont (CIIL, Institut Pasteur de Lille)
  • Fabrizio Cleri, a Physicist at the IEMN
  • Guillemette Marot, INRIA

National :

  • Antoine Galmiche (EA4666, CHU of Amiens)
  • Eric Chevet (ER440, Rennes)
  • Olivier Coqueret (CRCINA, U1232, Angers)

International :

  • Véronique Fontaine, Université Libre de Brussels (Belgium)
  • Kevin Braekmans, a Physicist at the Gent University (Belgium)
  • Florence Debacq-Chainiaux, Université de Namur (Belgium)

Financements :

  • Université de Lille
  • Région Nord-Pas-de-Calais
  • SFR Cancer, Lille
  • Cancéropole Nord-Ouest
  • FEDER/Région Hauts de France/MEL/Etat/ Convention CTRL
  • SIRIC ONCOLille
  • Groupement des Entreprises Françaises dans la Lutte contre le Cancer (GEFLUC)
  • Ligue contre le Cancer (comité du septentrion)

B- Mécanismes d’action du suppresseur de tumeur HIC1 et O-GlcNAcylation en tant que modification post-traductionnelle activée en réponse au stress métabolique

B.1- Rôle de HIC1 dans le DDR.

Le suppresseur de tumeur HIC1 (hyperméthylé dans Cancer1) est épigéniquement réduit au silence par l’hyperméthylation de son promoteur – d’où son nom – dans de nombreuses tumeurs, mais n’est pas muté. HIC1 code pour un répresseur transcriptionnel associant un domaine BTB / POZ aux doigts de zinc Krüppel C2H2 médiant sa liaison spécifique à l’ADN aux promoteurs des gènes cibles. La protéine HIC1 est impliquée dans des boucles régulatrices complexes avec P53 et la désacétylase SIRT1.

Nous avons d’abord caractérisé la séquence de liaison à l’ADN spécifique de HIC-1, certains de ses gènes cibles ainsi que de nombreux partenaires impliqués dans les complexes de répression (Pinte et al, 2004; Dehennaut et al, Biochem Biophys Res Commun, 2013; Dubuissez et al, Biochem Biophys Res Commun, 2013). Nous avons également identifié certaines modifications post-traductionnelles (PTM) de HIC1, notamment un commutateur d’acétylation / SUMOylation sur la Lysine 314 (K314) qui module l’interaction entre HIC1 et MTA1, un composant central des complexes NuRD (Stankovic-Valentin et al, Mol Cell Biol , 2007; Van rechem et al, Mol Cell Biol, 2010). HIC1 favorise la réponse apoptotique dépendante de p53 aux ruptures irréparables d’ADN double brin (DSB) induites par l’étoposide par la répression transcriptionnelle directe de SIRT1 (Dehennaut et al, J Biol Chem, 2013). Nous avons en partie déchiffré et clarifié le mécanisme moléculaire. En effet, nous avons démontré que lors de l’induction de cassures irréparables d’ADN double brin (DSB), la SUMOylation de HIC1 a augmenté, favorisant ainsi le recrutement de MTA1 sur les promoteurs des gènes cibles HIC1 et notamment sur SIRT1 (Paget et al., Oncotarget, 2017).

En plus de son rôle de répresseur transcriptionnel « classique » dans le cas des DSB irréparables, nous avons montré que HIC1 est également impliqué dans le processus de réparation lorsque les cellules sont traitées pendant une courte période (1 heure) avec Etoposide, un traitement qui induit des cassures réparables. Nous avons montré à l’aide de tests Comet que les fibroblastes BJ-Tert humains inactivés pour HIC1 par ARN interférence réparent après 16 heures les dommages aussi efficacement que les cellules transfectées avec un siRNA témoin, mais avec une cinétique remarquablement retardée, notamment dans les premières étapes (4-6 heures après l’induction des DSB) (Paget et al., Oncotarget, 2017).

Lors de l’induction de dommages à l’ADN réparables, nous avons montré que la SUMOylation de HIC1 n’est pas requise pour le processus de réparation puisqu’un mutant ponctuel E316A non SUMOylatable, mais toujours acétylable, est aussi efficace que le WT HIC1 comme le montrent les tests Comet. Nous avons donc émis l’hypothèse que d’autres PTM HIC1 pourraient être essentiels pour son rôle dans le processus de réparation. Grâce à une combinaison d’analyses in silico et de spectrométrie de masse, nous avons démontré que dans le cas de dommages réparables, HIC1 est directement phosphorylé sur un résidu sérine par ATM, l’une des kinases PIKK apicales impliquées dans la réponse aux dommages à l’ADN. Ce site de phosphorylation est conservé phylogénétiquement et est localisé dans la région C-terminale de HIC1, pour laquelle aucune fonction moléculaire n’avait été attribuée jusqu’à présent malgré son niveau élevé de conservation phylogénétique. Ce site de phosphorylation est essentiel pour la fonction de HIC1 dans la réparation des DSB, car une mutation ponctuelle non phosphorylable (S à A) retarde considérablement l’exécution de la réparation de l’ADN, comme le montrent les essais Comet. Nous avons obtenu un anticorps phospho-spécifique. Avec cet anticorps, nous avons montré que la phosphorylation de HIC1 est rapide et détectable 10 minutes après le traitement à l’étoposide. Cette phosphorylation n’a aucun impact sur la SUMOylation de HIC1 confirmant ainsi que ces deux PTM ne sont pas connectés mais sont impliqués dans deux voies de réponse aux dommages de l’ADN différentes vers des DSB réparables et irréparables respectivement. Cette phosphorylation de HIC1 ne modifie pas sa localisation subcellulaire globale puisque le mutant ponctuel S à A est également nucléaire dans les analyses d’immunofluorescence des cellules HEK293 transfectées. Cependant, dans des expériences de fractionnement cellulaire de fibroblastes BJ-tert traités pendant 1 heure avec de l’étoposide, nous avons observé que toutes les protéines endogènes phosphorylées HIC1 sont exclues de la fraction chromatinienne et sont localisées dans la fraction cytoplasmique / nucléoplasmique (en préparation). Cela rappelle fortement la situation décrite pour le co-répresseur KAP1 que nous avons utilisé comme contrôle positif dans nos expériences de fractionnement. En effet, KAP1 qui intervient dans la répression de l’hétérochromatine est exclue de l’hétérochromatine après sa phosphorylation par ATM. Cette «ouverture» de l’hétérochromatine est nécessaire pour faciliter la réparation des DSB se produisant dans l’hétérochromatine dense qui est moins accessible que l’euchromatine tassée (Ziv et al, Nature cell Biol, 2006; Goodarzi et Jeggo, Advances in genetics, 2013).
Des analyses par qRT-PCR de gènes impliqués dans la « voie de signalisation des dommages à l’ADN humain » (RT-Profiler, Quiagen) à l’aide d’ARN préparés à partir de myofibroblastes WPMY transfectés avec un siRNA témoin ou avec des siRNA ciblant HIC1 puis traités avec de l’étoposide pendant 1 heure, ont démontré que HIC1 dans ce cas est impliqué dans la répression de certains gènes cibles, notamment deux gènes cibles de p53, l’inhibiteur du cycle cellulaire CDKN1A (p21) et la protéine pro-apototique PUMA (P53 Up Modulated of Apoptosis Modulator). Nous poursuivons ces expériences en collaboration avec les Drs G Boulay et MN Rivera, (MGH, Boston, USA) par RNA-Seq de fibroblastes BJ-tert transfectés avec un siRNA témoin ou avec des siRNA ciblant HIC1 puis traités avec de l’étoposide pendant 1 heure et par des expériences Chip-Seq de fibroblastes BJ-tert traités ou non avec de l’étoposide pendant 1 heure pour avoir accès aux gènes réprimés par HIC1 et pour définir ses sites de liaison à l’échelle du génome dans l’eu et l’hétérochromatine, dans l’espoir de valider notre modèle putatif .
En conclusion, HIC1 pourrait être un acteur multiforme dans la réponse aux dommages à l’ADN avec des rôles étonnamment différents selon la nature des dommages à l’ADN reçus par les cellules, soit des DSB irréparables qui déclenchent une réponse apoptotique, soit des dommages réparables qui devraient être réparés fidèlement par les cellules. Dans le cas de dommages irréparables, HIC1 serait un répresseur transcriptionnel classique qui, par sa SUMOylation et l’interaction accrue avec le complexe NuRD, pourrait favoriser la réponse apoptotique dépendante de P53. Dans le cas de dommages réparables, HIC1 pourrait être un répresseur transcriptionnel mais en diminuant certains gènes cibles P53 pour permettre la rentrée du cycle cellulaire lorsque les DSB ont été réparés. De plus, HIC1 pourrait être exclu de l’hétérochromatine pour faciliter l’accès des machines de réparation à cet ADN autrement densément emballé pour permettre sa réparation.

Contact :
Dominique Leprince, dominique.leprince@ibl.cnrs.fr

B.2- La O-GlcNAcylation comme nouveau lien entre nutrition, épigénétique et cancer colorectal.

Le cancer colorectal (CRC) est l’une des principales causes de mortalité et de morbidité par cancer – la deuxième pour les femmes et la troisième pour les hommes – et est souvent associé à des troubles métaboliques (obésité, diabète…). Largement répandus dans les sociétés occidentales, ces deux groupes de pathologies sont étroitement liés. Il est désormais largement admis que l’apparition de CRC dépend de l’interaction entre le génome et l’épigénome, qui interagissent ensemble avec des facteurs environnementaux, y compris la nutrition.
La O-GlcNAcylation est une modification post-traductionnelle (PTM) appartenant au grand groupe des glycosylations. Contrairement aux autres types de glycosylation, la protéine O-GlcNAcylation est confinée dans les compartiments cytosolique, nucléaire et mitochondrial. La O-GlcNAcylation est hautement dynamique comme la phosphorylation avec laquelle elle peut soit agir de concert, soit inversement rivaliser pour les mêmes ou les résidus sérine/thréonine adjacents. L’addition et l’élimination du résidu GlcNAc sont médiées par la O-GlcNAc transférase (OGT), en utilisant le capteur de nutriments UDP-GlcNAc comme donneur de sucre et l’O-GlcNAcase (OGA) respectivement. Le niveau d’UDP-GlcNAc, fourni par la voie de biosynthèse de l’hexosamine (HBP), est étroitement corrélé à l’état nutritionnel des cellules car de nombreuses voies métaboliques sont nécessaires pour la biosynthèse du nucléotide-sucre. En conséquence, en raison de sa position cruciale, il a été suggéré que la O-GlcNAcylation régule le métabolisme cellulaire et fonctionne d’une manière dépendante des nutriments. Nous avons donc émis l’hypothèse que la O-GlcNAcylation pourrait relayer les effets d’un approvisionnement alimentaire excessif, de la malnutrition, de l’obésité et d’autres problèmes métaboliques qui représentent des facteurs de risque élevés de CRC.
En ce sens, dans une série d’études antérieures, nous avons observé une augmentation du contenu de O-GlcNAcylation et OGT dans des échantillons de cancer du côlon humain par rapport aux tissus normaux (Olivier-Van Stichelen *, Dehennaut * et al., 2014). Au contraire, nous avons signalé que l’inhibition de l’OGT diminuait la prolifération in vitro, la survie cellulaire et l’adhésion des lignées cellulaires du cancer du côlon (Steenackers et al., 2016) définissant ainsi les niveaux aberrants d’OGT et d’O-GlcNAcylation comme nouveaux signes distinctifs du CRC.
En ce qui concerne les mécanismes sous-jacents reliant la O-GlcNAcylation aberrante au CRC, nous avons démontré que la O-GlcNAcylation stabilise la β-caténine, le régulateur clé de la voie de signalisation Wnt et dont la stabilisation aberrante se trouve dans 90% des CRC, par concurrence directe avec la phosphorylation à Thr41 (Olivier-Van Stichelen *, Dehennaut * et al., 2014). Dans ce contexte, nous avons également montré que les colons de souris nourries par des régimes riches en glucides présentaient des quantités plus élevées de O-GlcNAcylation et de b-caténine par rapport aux souris nourries avec un régime standard (Olivier-Van Stichelen *, Dehennaut * et al., 2014). Ces résultats confortent ainsi l’hypothèse que des troubles nutritionnels, même de courte durée, sont capables de perturber la dynamique de la O-GlcNAcylation conduisant à la modulation de l’expression d’un oncogène, sans aucune mutation, qui pourrait prédisposer à l’émergence de CRC.
Actuellement, nous nous concentrons sur la régulation de l’expression des membres de la famille des gènes UNC5 par O-GlcNAcylation. La famille de gènes UNC5 comprend quatre gènes apparentés : UNC5A, UNC5B, UNC5C et UNC5D qui agissent en tant que récepteurs de Netrin-1. Ces gènes appartiennent à la famille des récepteurs de dépendance qui partagent la capacité de réguler l’apoptose positivement ou négativement, respectivement en l’absence ou en présence de leur ligand et sont donc définis comme des suppresseurs de tumeurs conditionnels. L’expression de certains de ces gènes est fréquemment régulée à la baisse dans le cancer colorectal (CRC) en partie par des mécanismes épigénétiques qui ne sont pas entièrement compris. Ces dernières années, l’O-GlcNAc transférase (OGT) est devenue un important régulateur de la dynamique de la chromatine et de l’expression des gènes, notamment en régulant la fonction de l’histone méthyltransférase EZH2, la sous-unité catalytique du Polycomb Repressive Complex 2 (PRC2) (Dehennaut el al ., 2014). Dans ce contexte, nous avons émis l’hypothèse que l’axe OGT-EZH2 pourrait jouer un rôle dans la régulation négative épigénétique de la famille de gènes UNC5 dans le CRC. Tout d’abord, nous avons observé que le knockdown d’OGT par l’ARNi dans la lignée cellulaire du cancer du côlon HCT116 entraîne une augmentation des ARNm UNC5A mais n’a aucun effet sur l’expression des autres membres de la famille UNC5. Par une combinaison d’inhibitions pharmalogiques et d’approches d’interférence d’ARN couplées à des analyses RT-qPCR et à des études d’activités de promoteur, nous avons démontré que l’OGT / O-GlcNAcylation et EZH2 étaient tous deux impliqués dans la répression de la transcription UNC5A dans les cellules cancéreuses du côlon. Par des expériences d’enrichissement de lectine, nous avons confirmé la O-GlcNAcylation de EZH2 dans les cellules HCT116. La surexpression du complexe PRC2 central dans ces cellules réduit l’expression d’UNC5A mais l’inhibition de l’activité OGT avec Ac5S-GlcNAc atténue cette répression médiée par PRC2 d’UNC5A. Ensemble, ces données démontrent que la forme O-GlcNAcylée d’EZH2 réprime la transcription de UNC5A et soutiennent davantage l’hypothèse selon laquelle l’hyper-O-GlcNAcylation pourrait contribuer à une activité EZH2 aberrante conduisant à la répression des principaux gènes suppresseurs de tumeurs régissant la cancérisation du muqueuse colique.

Contact :
Vanessa Dehennaut, vanessa.dehennaut@ibl.cnrs.fr

Publications : voir liste de publications

Collaborations :
Local :

  • Fabrice Lejeune (CANTHER UMR1277-U9020).
  • Pr I Belkoura-El Yazidi ; Dr Anne-Sophie Vercoutter-Edouart (Unité de Glycobiologie Structurale et Fonctionnelle, CNRS UMR 8576).
  • Dr G. Certad ; Dr S. Benamrouz (Centre d’Infection et d’Immunité de Lille, INSERM U1019, CNRS UMR 8204).

National :

Dr A. Page (Protein Science facility, Institut de Biologie et Chimie des Protéines, Université de Lyon.

International :

Dr A. Escobar-Ramirez (Université autonome de Tabasco, Mexique).

Financements :

  • Cancéropole Nord-Ouest
  • Ligue contre le Cancer,
  • Comité du septentrion
  • GEFLUC
  • ARC

C- ARN non codants dans le cancer et pendant la fibrogenèse

C.1- Comprendre le rôle des miARN pendant la fibrogénèse.

La fibrose est la dernière voie commune dans pratiquement toutes les formes d’insuffisance organique chronique, y compris les poumons, le foie et les reins, et est une des principales causes de morbidité et de mortalité dans le monde. La fibrose résulte de l’activité excessive des fibroblastes, en particulier une forme différenciée connue sous le nom de myofibroblaste qui est responsable de l’accumulation excessive et persistante de tissu cicatriciel et, finalement, d’une défaillance organique. Comme les études mécanistes ont lié les ARNc à un large éventail de troubles humains complexes, les thérapies basées sur l’ARNc offrent de nouvelles opportunités formidables pour traiter les maladies incurables. Dans cette optique, nous avons estimé que les ARNnc jouent un rôle important dans les événements pathogènes conduisant à la fibrogénèse et peuvent donc représenter de nouveaux biomarqueurs diagnostiques / pronostiques ainsi que de nouvelles cibles médicamenteuses précieuses.
Le processus de fibrogenèse (rénale, pulmonaire et hépatique) a jusqu’à présent été appréhendé dans plusieurs contextes pathologiques (néphropathie à IgA, utilisation d’immunosuppresseurs chroniques, exposition aux métaux lourds, fibrose pulmonaire idiopathique), en utilisant des modèles cellulaires (lignées cellulaires épithéliales et fibroblastiques, cultures primaires) des cellules épithéliales), des modèles murins (obstruction urétérale unilatérale, ischémie-reperfusion rénale, pompes osmotiques délivrant des immunosuppresseurs, induction de la fibrose pulmonaire par instillation de bléomycine, induction de la fibrose hépatique par ligature des voies biliaires ou injections CCl4 …) et cohortes de patients. Des analyses transcriptomiques à haut débit nous ont permis de montrer que certains miARN sont couramment impliqués dans le développement de la fibrose pulmonaire, rénale et hépatique.

a / En particulier, nous avons caractérisé l’implication de trois miARN (miR-199a-5p (brevet déposé), miR-199a-3p et miR-214-3p) générés à partir du même locus, LncRNA DNM3OS, un long ARN non codant, (Lino Cardenas et al., 2013, Savary et al., 2019). Les miARN de ce cluster participent à l’activation des fibroblastes et à leur différenciation en myofibroblastes via la régulation des voies canoniques et non canoniques du TGFβ, ciblant notamment CAV1 (miR-199a-5p) et GS3Kβ (miR-214-3p). Nous avons également montré que DNM3OS est également impliqué dans les mécanismes de réparation épithéliale en régulant les facteurs KGF et HGF (miR-199a-3p). Enfin, nous avons montré que l’interférence avec la fonction DNM3OS en utilisant des stratégies pharmacologiques distinctes (anti-miR, Target Site Blocker et gapmer) prévient non seulement la fibrose pulmonaire, hépatique et rénale, mais améliore également la fibrose pulmonaire établie, fournissant ainsi un nouveau paradigme pour le traitement des maladies fibrotiques (Savary et al., 2019).

b / Par ailleurs, nous avons confirmé le rôle du miR-21 dans le processus de fibrose rénale (Glowacki et al., 2013, Hennino et al., 2016) puis proposé l’intérêt de ce miRNA comme biomarqueur non invasif de la fibrose rénale, les taux sériques de miR-21 étant corrélés à la gravité des lésions de fibrose rénale (Glowacki et al., 2013). Le rôle prépondérant du miR-21 a également été évalué dans le contexte de la néphrotoxicité induite par des produits chimiques, en particulier le cadmium (Lemaire et al., 2020) et l’utilisation chronique de l’inhibiteur de la calcineurine (Vandenbussche et al., 2018).

Contact :
Pottier Nicolas, MCU-PH, nicolas.pottier@univ-lille.fr
Cauffiez Christelle, MCU, christelle.cauffiez@univ-lille.fr

C.2- Identification de nouveaux déterminants moléculaires sous-jacents à la réponse au cisplatine en termes d’efficacité et de néphrotoxicité

Le cisplatine, un médicament chimiothérapeutique de première intention largement utilisé pour divers cancers, a attiré une attention soutenue de la recherche depuis son introduction sur le marché il y a plus de 40 ans. Bien que le cisplatine rétrécisse efficacement la tumeur, son accumulation non spécifique à la fois dans la tumeur et dans les tissus normaux a également provoqué des effets secondaires graves tels que la néphrotoxicité. Par conséquent, des efforts de recherche intensifs sont consacrés à l’amélioration de l’efficacité antitumorale du cisplatine tout en améliorant son profil d’innocuité. Dans ce contexte, nous avons développé deux projets, l’un visant à découvrir de nouveaux déterminants moléculaires médiant la résistance au cisplatine dans le cancer du poumon et l’autre lié à la prévention de la néphrotoxicité induite par le cisplatine.

2.a: Identification de nouveaux déterminants moléculaires sous-jacents à la résistance au cisplatine. Nous avons effectué un criblage fonctionnel de la bibliothèque de miARN pour identifier les miARN associés à la résistance au cisplatine. Le dépistage effectué avec environ 1000 mimétiques a révélé que la surexpression de miR-24-3p, un miARN identifié comme le meilleur hit, induit de manière reproductible la résistance au cisplatine des cellules cancéreuses du poumon A549. Enfin, nous avons pu démontrer à travers de multiples approches in vitro indépendantes que le miR-24-3p est un puissant régulateur non seulement de la mort des cellules pulmonaires induite par le cisplatine, mais également de la réponse aux thérapies ciblées par l’EGFR (brevet déposé).

Contact :
Pottier Nicolas, MCU-PH, nicolas.pottier@univ-lille.fr

2.b: Identification de nouveaux déterminants moléculaires sous-jacents à la néphrotoxicité du cisplatine. Dans le but de découvrir de nouvelles approches pharmacologiques prévenant les effets néphrotoxiques du cisplatine, nous avons cherché à tester deux stratégies potentielles. Nous avons d’abord émis l’hypothèse que l’inhibition du miR-21, qui est principalement impliqué dans les lésions cellulaires, pourrait diminuer les lésions rénales de cisplatine. En utilisant un modèle de souris, nos premiers résultats ont indiqué que le miR-21 joue un rôle ambivalent dans les lésions rénales et semble être protecteur à un stade précoce, ou délétère lorsque le processus se prolonge dans le temps. Nous avons également démontré que l’interférence avec la signalisation du récepteur d’adénosine A2A (A2AR) atténue la néphrotoxicité induite par le cisplatine sans compromettre son efficacité cytotoxique (brevet déposé). De plus, nous avons initié une étude prospective visant à découvrir de nouveaux paramètres cliniques corrélés à la néphrotoxicité induite par le cisplatine (collaboration avec le Département d’Oncologie Thoracique, CHRU, Lille).

Contact :
Cauffiez Christelle, MCU, christelle.cauffiez@univ-lille.fr

Publications : voir liste de publications

Collaborations :
Local :

  • Dr Blum (INSERM U1172, JPARC)
  • Dr Perrais (INSERM U1172, JPARC)
  • Pr Boulanger (LIRIC UMR U995)
  • Dr Gnemmi et Dr Gibier (Institut de pathologie, CHU Lille)
  • Pr Hazzan & Dr Lionet (Service de Néphrologie, CHU Lille)

National :

  • Dr Barbry & Dr Mari (CNRS IMPC, Sophia-Antipolis, Valbonne)
  • Pr Marquette (Service de Pneumologie, CHRU Nice)
  • Pr Hertig (Urgences Néphrologiques et Transplantation Rénale, Hôpital Tenon Paris)

International :

  • Dr Luedde & Dr Roderburg (Department of Medicine III, University Hospital RWTH, Aachen, Germany)
  • Dr Kaminski (Pulmonary, Critical Care and Sleep Medicine, Yale School of Medicine, New Heaven, CT, USA)
  • Dr Laumet (Department of Physiology, University of Michigan)

Financements :

  • ANR (FibromiR)
  • SIRIC ONCOLille
  • SATT Nord
  • Santélys
  • Ligue contre le cancer
  • Astellas
  • Novartis
  • Plan Cancer
  • FEDER/Région Hauts de France/MEL/Etat/ Convention CTRL
  • Région Nord-Pas-de-Calais

> ARTICLES ORIGINAUX DU LABORATOIRE
> REVUES GÉNÉRALES
> LETTRES – COMMENTAIRES
> ÉDITORIAL
> CHAPITRES DE LIVRE
> ARTICLES ORIGINAUX ET REVUES GÉNÉRALES ISSUS DES COLLABORATIONS
> PUBLICATIONS CLINIQUES

 Publications 2020-2015

ARTICLES ORIGINAUX DU LABORATOIRE

2020

Abdelfettah S, Boulay G, Dubuissez M, Spruyt N, Garcia SP, Rengajaran S, Loison I, Leroy X, Rivera MN, Leprince D. hPCL3S promotes proliferation and migration of androgen-independent prostate cancer cells.   Oncotarget, 2020, 11, 1051-1074.

Abbadie C, Pluquet O. Unfolded Protein Response (UPR) Controls Major Senescence Hallmarks. Trends in Biochemical Sciences, 2020 in press. IF: 16.88

Perry A, Douillard C, Jonca F, Glowacki F, Leroy X, Caveriviere P, Hubert A, Labrune P. Papillary enal cell carcinoma in two young adults with glycogen storage disease type Ia. JIMD Rep. 2020 Jan 29;52(1):17-22. doi: 10.1002/jmd2.12096. IF: 4.287

Delsart P, Vambergue A, Ninni S, Machuron F, Lelievre B, Ledieu G, Fontaine P, Merlen E, Frimat M, Glowacki F, Montaigne D, Mounier-Vehier C. Prognostic significance of the renal resistive index in the primary prevention of type II diabetes. J Clin Hypertens (Greenwich). 2020 Feb;22(2):223-230. doi: 10.1111/jch.13819. IF: 2.444

Bitton L, Vandenbussche C, Wayolle N, Gibier JB, Cordonnier C, Verine J, Humez S, Bataille P, Lenain R, Ramdane N, Azar R, Mac Namara E, Hatron PY, Maurage CA, Perrais M, Frimat M, Vanhille P, Glowacki F, Buob D, Copin MC, Quéméneur T, Gnemmi V. Tubulointerstitial damage and interstitial immune cell phenotypes are useful predictors for renal survival and relapse in antineutrophil cytoplasmic antibody-associated vasculitis. J Nephrol. 2020 Jan 8. doi: 10.1007/s40620-019-00695-y. IF: 3.698

Benyelles M, O’Donohue MF, Kermasson L, Lainey E, Borie R, Lagresle-Peyrou C, Nunes H, Cazelles C, Fourrage C, Ollivier E, Marcais A, Gamez AS, Morice-Picard F, Caillaud D, Pottier N, Ménard C, Ba I, Fernandes A, Crestani B, de Villartay JP, Gleizes PE, Callebaut I, Kannengiesser C, Revy P. NHP2 deficiency impairs rRNA biogenesis and causes pulmonary fibrosis and Høyeraal-Hreidarsson syndrome. Hum Mol Genet. 2020 Jan 27. pii: ddaa011. doi: 10.1093/hmg/ddaa011. IF: 4.544

Lemaire J, Van der Hauwaert C, Savary G, Dewaeles E, Perrais M, Lo Guidice JM, Pottier N, Glowacki F, Cauffiez C. Cadmium-Induced Renal Cell Toxicity Is Associated With MicroRNA Deregulation. Int J Toxicol. 2020 Mar/Apr;39(2):103-114.doi: 10.1177/1091581819899039. IF: 1.223

Decourcelle A, Loison I, Baldini S, Leprince D, Dehennaut V. Evidence of a compensatory regulation of colonic O-GlcNAc transferase and O-GlcNAcase expression in response to disruption of O-GlcNAc homeostasis. Biochem Biophys Res Commun. 2020 Jan 1;521(1):125-130. doi: 10.1016/j.bbrc.2019.10.090. IF: 2.705

Pekar JD, Grzych G, Durand G, Haas J, Lionet A, Brousseau T, Glowacki F, Maboudou P. Calcium state estimation by total calcium: the evidence to end the never-ending story. Clin Chem Lab Med. 2020 Jan 28;58(2):222-231. doi: 10.1515/cclm-2019-0568. IF: 3.638

 

2019

Decourcelle A, Loison I, Baldini S, Leprince D, Dehennaut V. (2019) Evidence of a compensatory regulation of colonic O-GlcNAc transferase and O-GlcNAcase expression in response to disruption of O-GlcNAc homeostasis. Biochem Biophys Res Commun. In Press

Savary G, Dewaeles E, Diazzi S, Buscot M, Nottet N, Fassy J, Courcot E, Henaoui I-S, Lemaire J, Martis N, Van der Hauwaert C, Pons N, Magnone V, Leroy S, Plantier L, Lebrigand K, Paquet A, Lino Cardenas CL, Vassaux G, Crestani B, Wallaert B, Rezzonico R, Brousseau T, Glowacki F, Bellusci S, Perrais M, Broly F, Barbry P, Marquette C-H, Cauffiez C, Mari B, Pottier N. The long non-coding RNA DNM3OS is a reservoir of fibromiRs with major functions in lung fibroblast response to TGF-β and pulmonary fibrosis. Am J Respir Crit Care Med. 019 Jul 15;200(2):184-198.

Maanaoui M, Lenain R, Hamroun A, Van der Hauwaert C, Lopez B, Gibier JB, Frimat M, Savary G, Hennart B, Larrue R, Pottier N, Broly F, Provôt F, Hazzan M, Glowacki F, Cauffiez C. Caveolin-1 rs4730751 single-nucleotide polymorphism may not influence kidney transplant allograft survival. Sci Rep. 2019 Oct 29;9(1):15541. 

2018

Drullion C, Marot G, Martin N, Deslé J, Saas L, Salazar-Cardozo C, Bouali F, Pourtier A, Abbadie C and Pluquet O. (2018) Pre-malignant transformation by senescence evasion is prevented by the PERK and ATF6alpha branches of the Unfolded Protein Response. Cancer Letters. 438 :187-196

Cormenier J, Martin N, Deslé J, Salazar-Cardozo C, Pourtier A, Abbadie C, Pluquet O. The ATF6α arm of the Unfolded Protein Response mediates replicative senescence in human fibroblasts through a COX2/prostaglandin E(2) intracrine pathway. Mech Ageing Dev. 2018, 170, 82-91

Vandenbussche C*, Van der Hauwaert C*, Dewaeles E, Franczak J, Hennino MF, Gnemmi V, Savary G, Tavernier Q, Nottet N, Paquet A, Perrais M, Blum D, Mari B, Pottier N, Glowacki F, Cauffiez C. Tacrolimus-induced nephrotoxicity in mice is associated with microRNA deregulation. Arch Toxicol. 2018, 92, 1539-1550

2017

Paget S, Dubuissez M, Dehennaut V, Nassour J, Harmon BT, Spruyt N, Loison I, Abbadie C, Rood BR, Leprince D. (2017) HIC1 (hypermethylated in cancer 1) SUMOylation is dispensable for DNA repair but is essential for the apoptotic DNA damage response (DDR) to irreparable DNA double-strand breaks (DSBs). Oncotarget 10;8(2):2916-2935. 

2016

Tomezak, C. Abbadie, E. Lartigau and F. Cleri. A biophysical model of cell evolution after cytotoxic treatments: damage, repair and cell response. Journal of Theoretical Biology, 2016, 389, 146-58

Nassour, S. Martien, E. Deruy, E. Tomellini, N. Malaquin, N. Martin, F. Bouali, L. Sabatier, N. Wernert, S. Pinte, E. Gilson, A. Pourtier, O. Pluquet, C. Abbadie. Defective DNA single-strand break repair is responsible for senescence and neoplastic escape of epithelial cells. Nature Communications, 2016, 7:10399

Druelle*, C. Drullion*, J. Deslé*, N. Martin, L. Saas, J. Cormenier, N. Malaquin, L. Huot, C. Slomianny, F. Bouali, C. Vercamer, D. Hot, A. Pourtier, E. Chevet, C. Abbadie, O. Pluquet. ATF6a regulates morphological changes associated with senescence in human fibroblasts. Oncotarget, 2016, 7, 67699-67715

Hennino MF, Buob D, Van der Hauwaert C, Gnemmi V, Jomaa Z, Pottier N, Savary G, Drumez E, Noël C, Cauffiez C, Glowacki F. miR-21-5p renal expression is associated with fibrosis and renal survival in patients with IgA nephropathy. Sci Rep. 2016, 6, 27209

2015

Van der Hauwaert C, Savary G, Pinçon C, Gnemmi V, Noël C, Broly F, Labalette M, Perrais M, Pottier N, Glowacki F, Cauffiez C. Donor caveolin 1 (CAV1) genetic polymorphism influences graft function after renal transplantation. Fibrogenesis Tissue Repair. 2015, 5, 8.

REVUES GÉNÉRALES

2019

Pluquet O, and Galmiche A. (2019) Impact and relevance of the Unfolded Protein Response in HNSCC. Int J Mol Sci. 20. pii:E2654

Van der Hauwaert C, Glowacki F, Pottier N, Cauffiez C. Non-Coding RNAs as New Therapeutic Targets in the Context of Renal Fibrosis. Int J Mol Sci. 2019 Apr 23;20(8). pii: E1977.

Decourcelle A, Leprince D, Dehennaut V. (2019) Regulation of Polycomb repression by O-GlcNAcylation: linking nutrition to epigenetic reprogramming in embryonic development and cancer. Front Endocrinol (Lausanne) 10:117.

Pluquet O, Abbadie C, and Coqueret O. (2019) Connecting cancer relapse with senescence. Cancer Letters. 453: 50-58.

Hamroun A, Lenain R, Bigna JJ, Speyer E, Bui L, Chamley P, Pottier N, Cauffiez C, Dewaeles E, Dhalluin X, Scherpereel A, Hazzan M, Maanaoui M, Glowacki F. Prevention of Cisplatin-Induced Acute Kidney Injury: A Systematic Review and Meta-Analysis. Drugs 2019, Sep;79(14):1567-1582

2018

Goy and C. Abbadie. Senescence and cancer : double-dealing. Médecine/Sciences, 2018, 34,223-230

2017

Abbadie, O. Pluquet and A. Pourtier. Epithelial cell senescence : an adaptive response to pre-carcinogenic stresses. Cellular and Molecular Life Sciences, 2017, 74, 4471-4509

Galmiche A, Sauzay C, Chevet E and Pluquet O.  Role of the Unfolded Protein Response in tumour cell characteristics and cancer outcome. Curr Opin Oncol. 2017, 29(1):41-47

2016

Nassour and C. Abbadie. A novel role for DNA single-strand breaks in senescence and neoplastic escape of epithelial cells. Molecular and Cellular Oncology, 2016, 3, e1190885

Galmiche A, Sauzay C, Houessinon A, chauffert B, and Pluquet O. Probing tumour proteostasis and the UPR with serum markers. Trends Cancer, 2016, 2:219-221.

2015

Pluquet, A. Pourtier and C. Abbadie. The Unfolded Protein Response and Cellular Senescence. Am J Physiol Cell Physiol, 2014, 308, C415-C425

Van der Hauwaert C, Savary G, Hennino MF, Pottier N, Glowacki F, Cauffiez C. [MicroRNAs in kidney fibrosis]. Nephrol Ther. 2015, 11, 474-482

Furlan A, Pourtier, A. Ets-1 activation, when tumors crosstalk with their microenvironment. Can Cell Microenviron. 2015. 2 (1). doi: 10.14800/ccm.494

LETTRES – COMMENTAIRES

2019

Savary G, Pottier N, Mari B, Cauffiez C. The function of a long non coding RNA decoded in idiopathic pulmonary fibrosis. Med Sci (Paris). 2019 Oct;35(10):739-742.

ÉDITORIAL

CHAPITRES DE LIVRE

2017

Pluquet O, Pourtier A, et Abbadie C. La sénescence cellulaire dans les fibroblastes de derme : impact sur le vieillissement. In book: Biologie Cutanée « CoBip 2017″, Edition: MatriX, Chapter 7: 117-134, Publisher: SEMACO-COREP, Editor: Marek Haftek, ISSN 2266-9949

ARTICLES ORIGINAUX ET REVUES GÉNÉRALES ISSUS DES COLLABORATIONS

2019

Masclef L, Dehennaut V, Mortuaire M, Schulz C, Leturcq M, Lefebvre T, Edouart A-S. (2019) Cyclin D1 stability is partly controlled by O-GlcNAcylation. Front Endocrinol (Lausanne) 10:106.

Teissier*  T, Quersin* V, Gnemmi V, Daroux M, Howsam M, Delguste F, Lemoine C, Fradin C, Schmidt AM, Cauffiez C, Brousseau T, Glowacki F, Tessier F, Boulanger E#, Frimat M#. Knock-out of receptor for advanced glycation end-products (RAGE) attenuates “physiological” age-related renal lesions. Aging Cell, 2019 Apr;18(2):e12850.

Boyer T, Gonzales F, Barthélémy A, Marceau-Renaut A, Peyrouze P, Guihard S, Lepelley P, Plesa A, Nibourel O, Delattre C, Wetterwald M, Pottier N, Plantier I, Botton S, Dombret H, Berthon C, Preudhomme C, Roumier C, Cheok M. Clinical Significance of ABCB1 in Acute Myeloid Leukemia: A Comprehensive Study. Cancers (Basel). 2019 Sep 6;11(9). pii: E1323.

Moreno Leon L, Gautier M, Allan R, Ilié M, Nottet N, Pons N, Paquet A, Lebrigand K, Truchi M, Fassy J, Magnone V, Kinnebrew G, Radovich M, Cheok MH, Barbry P, Vassaux G, Marquette CH, Ponzio G, Ivan M, Pottier N, Hofman P, Mari B, Rezzonico R. The nuclear hypoxia-regulated NLUCAT1 long non-coding RNA contributes to an aggressive phenotype in lung adenocarcinoma through regulation of oxidative stress. Oncogene. 2019 Nov;38(46):7146-7165.

2018

Sauzay C, Louandre C, Bodeau S, Anglade F, Godin C, Fontaine JX, Saidak Z, Usureau C, Molinie R, Mesnard F, Pluquet O and Galmiche A. Protein neosynthesis, a target of sorafenib, interferes with the Unfolded Protein Response (UPR) and the induction of ferroptosis in Hepatocellular carcinoma cells. Oncotarget, 2018, 9 :8400-8414

Papaioannou A, Higa A, Jégou G, Jouan F, Pineau R, Saas L, Avril T, Pluquet O and Chevet E. (2018) Alterations of EDEM1 functions enhance ATF6 pro-survival signaling. FEBS J. 285 :4146-4164

Lhomond S, Avril T, Dejeans N, McMahon M, Pineau R, Papadodima O, Voutetakis K, Logotheti M, Pallares-Lupon N, Schmit K, Le Reste PJ, Etchevery A, Mosser J, Barroso K, Vauléon E, Maurel M, Jégou G, Samali A, Patterson JB, Pluquet O, Hetz C, Quillien V, Chatziioannou A, and Chevet E.  Antagonistic IRE1 RNase functions dictate glioblastoma tumor development. EMBO Mol Med. 2018, 10. Pii :e7929

2017

Xiong R, Drullion C, Verstraelen P, Demeester J, Skirtach AG, Abbadie C, De Vos WH, De Smedt SC, Braeckmans K. Fast spatial-selective delivery into live cells. J Control Release. 2017, 266:198-204

Bodeau S, Sauzay C, Pluquet O, Choukroun G and Galmiche A. A potential role of the Unfolded Protein Response in post-transplant cancer. Clin Sci (Lond). 2017, 131(13):1429-1436. 

Gaudelot K, Gibier JB, Pottier N, Hémon B, Van Seuningen I, Glowacki F, Leroy X, Cauffiez C, Gnemmi V, Aubert S, Perrais M. Targeting miR-21 decreases expression of multi-drug resistant genes and promotes chemosensitivity of renal carcinoma. Tumour Biol. 2017, 39, 707372

Gibier JB, Hémon B, Fanchon M, Gaudelot K, Pottier N, Ringot B, Van Seuningen I, Glowacki F, Cauffiez C, Blum D, Copin MC, Perrais M, Gnemmi V. Dual role ofMUC1 mucin in kidney ischemia-reperfusion injury: Nephroprotector in early phase, but pro-fibrotic in late phase. Biochim Biophys Acta. 2017, 1863, 1336-1349

Nibourel O*, Guihard S*, Roumier C, Pottier N, Terre C, Paquet A, Peyrouze P, Geffroy S, Quentin S, Alberdi A, Abdelali RB, Renneville A, Demay C, Celli-LebrasK, Barbry P, Quesnel B, Castaigne S, Dombret H, Soulier J, Preudhomme C*, Cheok MH*. Copy-number analysis identified new prognostic marker in acute myeloid leukemia. Leukemia. 2017, 31, 555-564

Ghisdal L, Baron C, Lebranchu Y, Viklický O, Konarikova A, Naesens M, Kuypers D, Dinic M, Alamartine E, Touchard G, Antoine T, Essig M, Rerolle JP, Merville P, Taupin JL, Le Meur Y, Grall-Jezequel A, Glowacki F, Noël C, Legendre C, Anglicheau D, Broeders N, Coppieters W, Docampo E, Georges M, Ajarchouh Z, Massart A, Racapé J, Abramowicz D, Abramowicz M. Genome-Wide Association Study of Acute Renal Graft Rejection. Am J Transplant. 2017, 17, 201-209  Bertero T, Rezzonico R, Pottier N, Mari B. Impact of MicroRNAs in the Cellular Response to Hypoxia.

Int Rev Cell Mol Biol. 2017;333:91-158.

2016

Houessinon A, Gicquel A, Bochereau F, Louandre C, Nyga R, Godin C, Degonville J, Fournier E, Saidak Z, Drullion C, Barbare JC, Chauffert B, François C, Pluquet O, and Galmiche A. Alpha-fetoprotein is a biomarker of unfolded protein response and altered proteostasis in hepatocellular carcinoma cells exposed to sorafenib. Cancer Lett. 2016, 370(2):242-9.

Paget, M. Dubuissez, V. Dehennaut, J. Nassour, BT. Harmon, N. Spruyt, I. Loison, C. Abbadie, BR. Rood, D. Leprince. HIC1 (hypermethylated in cancer 1) SUMOylation is dispensable for DNA repair but is essential for the apoptotic DNA damage response (DDR) to irreparable DNA double-strand breaks (DSBs). Oncotarget, 2016, 8, 2916-2935

Steenackers A, Olivier-Van Stichelen S, Baldini SF, Dehennaut V, Toillon RA, Le Bourhis X, El Yazidi-Belkoura I, Lefebvre T. (2016) Silencing the Nucleocytoplasmic O-GlcNAc Transferase Reduces Proliferation, Adhesion, and Migration of Cancer and Fetal Human Colon Cell Lines. Front Endocrinol (Lausanne).25:7:46

2015

Vercoutter-Edouart AS, Yazidi-Belkoura IE, Guinez C, Baldini S, Leturcq M, Mortuaire M, Mir AM, Steenackers A, Dehennaut V, Pierce A, Lefebvre T. (2015) Detection and identification of O-GlcNAcylated proteins by proteomic approaches. Proteomics 15(5-6):1039-50

Roy S, Benz F, Vargas Cardenas D, Vucur M, Gautheron J, Schneider A,Hellerbrand C, Pottier N, Alder J, Tacke F, Trautwein C, Roderburg C, Luedde T. miR-30c and miR-193 are a part of the TGF-β-dependent regulatory network controlling extracellular matrix genes in liver fibrosis. J Dig Dis. 2015, 16, 513-524.

PUBLICATIONS CLINIQUES

2019

Robert L, Ficheur G, Gautier S, Servais A, Luyckx M, Soula J, Decaudin B,Glowacki F, Puisieux F, Chazard E, Beuscart JB. Community-Acquired Acute Kidney Injury Induced By Drugs In Older Patients: A Multifactorial Event. Clin IntervAging. 2019 Dec 5;14:2105-2113.

Hamroun A, Frimat M, Beuscart JB, Buob D, Lionet A, Lebas C, Daroux M, Provôt F, Hazzan M, Boulanger É, Glowacki F. [Kidney disease care for the elderly].Nephrol Ther. 2019 Dec;15(7):533-552.

Pekar JD, Grzych G, Durand G, Haas J, Lionet A, Brousseau T, Glowacki F, Maboudou P. Calcium state estimation by total calcium: the evidence to end thenever-ending story. Clin Chem Lab Med. 2019 Sep 2. pii:/j/cclm.ahead-of-print/cclm-2019-0568/cclm-2019-0568.xml.

Vandenbussche C, Bitton L, Bataille P, Glowacki F, Azar R, Hatron PY,Macnamara E, Gheerbrant JD, Cardon G, Hoffmann M, Auxenfants E, Gnemmi V,Quéméneur T. Prognostic Value of Microscopic Hematuria after Induction ofRemission in Antineutrophil Cytoplasmic Antibodies-Associated Vasculitis. Am J Nephrol. 2019;49(6):479-486.

Artru F, Louvet A, Glowacki F, Bellati S, Frimat M, Gomis S, Castel H,Barthelon J, Lassailly G, Dharancy S, Noel C, Hazzan M, Mathurin P. Theprognostic impact of cirrhosis on patients receiving maintenance haemodialysis. Aliment Pharmacol Ther. 2019 Jul;50(1):75-83.

Vigneau C, Ayav C, Noël N, Gomis S, Glaudet F, Siébert M, Kessler M, Nogier MB, Villar E, Allot V, Edet S, Glowacki F, Baudoin V, Allain-Launay E, Dunand O, Moranne O, Hogan J, Couchoud C; registre REIN. [Towards an extension of the REIN registry to patients with chronic kidney disease at stage 5 not treated withdialysis or transplantation? A pilot study]. Nephrol Ther. 2019Jun;15(3):143-151.

2018

Duployez N, Marceau-Renaut A, Villenet C, Petit A, Rousseau A, Ng SWK, Paquet A, Gonzales F, Barthélémy A, Leprêtre F, Pottier N, Nelken B, Michel G, Baruchel A, Bertrand Y, Leverger G, Lapillonne H, Figeac M, Dick JE, Wang JCY, Preudhomme C, Cheok M. The stem cell-associated gene expression signature allows risk stratification in pediatric acute myeloid leukemia. Leukemia. 2018

Zaworski J, Frimat M, Duval M, Saint-Jacques C, Bouderlique É, Glowacki F, Noël C, Hazzan M, Provôt F. [Vancomycin poisoning successfully treated with intermittent hemodialysis: A case report]. Nephrol Ther. 2018, 14, 112-116

Châtelet V, Lobbedez T, Harambat J, Bayat-Makoei S, Glowacki F, Vigneau C. [Socioeconomic inequalities and kidney transplantation]. Nephrol Ther. 2018, 14, 81-84

2017

Rabant M, Boullenger F, Gnemmi V, Pellé G, Glowacki F, Hertig A, Brocheriou I, Suberbielle C, Taupin JL, Anglicheau D, Legendre C, Duong Van Huyen JP, Buob D. Isolated v-lesion in kidney transplant recipients: Characteristics, association with DSA, and histological follow-up. Am J Transplant. 2017, 18, 972-981

Gibier JB, Gnemmi V, Glowacki F, Boyle EM, Lopez B, MacNamara E, Hoffmann M,Azar R, Guincestre T, Bourdon F, Copin MC, Buob D. Intratubular amyloid in light chain cast nephropathy is a risk factor for systemic light chain amyloidosis. Mod Pathol. 2017, 31, 452-462

Belaiche S, Mercier E, Cuny D, Kambia N, Wierre P, Bertoux É, Mascaut D, Azar R, Bataille P, Bourdon F, Mac Namara É, Maisonneuve N, Painchart B, Vrigneau L,Noël C, Décaudin B, Glowacki F; réseau Néphronor. [Community pharmacists’interventions to prevent and screen chronic kidney disease patients]. Nephrol Ther. 2017, 13, 87-92

2016

Tabibzadeh N, Glowacki F, Frimat M, Elsermans V, Provôt F, Lionet A, Gnemmi V, Hertig A, Noël C, Hazzan M. Long-term outcome after early cyclosporine withdrawal in kidney transplantation: ten years after. Clin Transplant. 2016, 30, 1480-1487

Buob D, Decambron M, Gnemmi V, Frimat M, Hoffmann M, Azar R, Gheerbrant JD, Guincestre T, Noël C, Copin MC, Glowacki F. Collapsing glomerulopathy is common in the setting of thrombotic microangiopathy of the native kidney. Kidney Int. 2016, 90, 1321-1331

Hannedouche T, Roth H, Krummel T, London GM, Jean G, Bouchet JL, Drüeke TB, Fouque D; French Observatory. Multiphasic effects of blood pressure on survival in hemodialysis patients. Kidney Int. 2016, 90, 674-684

Legendre M, Devilliers H, Perard L, Groh M, Nefti H, Dussol B, Trad S, Touré F, Abad S, Boffa JJ, Frimat L, Torner S, Seidowsky A, Massy ZA, Saadoun D, RieuV, Schoindre Y, Heron E, Frouget T, Lionet A, Glowacki F, Arnaud L, Mousson C,Besancenot JF, Rebibou JM, Bielefeld P. Clinicopathologic characteristics,treatment, and outcomes of tubulointerstitial nephritis and uveitis syndrome in adults: A national retrospective strobe-compliant study. Medicine (Baltimore).2016, 95, e3964

Frimat M*, Decambron M*, Lebas C, Moktefi A, Lemaitre L, Gnemmi V, Sautenet B, Glowacki F, Subtil D, Jourdain M, Rigouzzo A, Brocheriou I, Halimi JM, Rondeau E,Noel C, Provôt F, Hertig A. Renal Cortical Necrosis in Postpartum Hemorrhage: A Case Series. Am J Kidney Dis. 2016, 68, 50-57

Massart A*, Pallier A*, Pascual J, Viklicky O, Budde K, Spasovski G, Klinger M,Sever MS, Sørensen SS, Hadaya K, Oberbauer R, Dudley C, De Fijter JW, Yussim A,Hazzan M, Wekerle T, Berglund D, De Biase C, Pérez-Sáez MJ, Mühlfeld A, OrlandoG, Clemente K, Lai Q, Pisani F, Kandus A, Baas M, Bemelman F, Ponikvar JB, MazouzH, Stratta P, Subra JF, Villemain F, Hoitsma A, Braun L, Cantarell MC, Colak H,Courtney A, Frasca GM, Howse M, Naesens M, Reischig T, Serón D, Seyahi N, Tugmen C, Alonso Hernandez A, Beňa L, Biancone L, Cuna V, Díaz-Corte C, Dufay A,Gaasbeek A, Garnier A, Gatault P, Gentil Govantes MA, Glowacki F, Gross O,Hurault de Ligny B, Huynh-Do U, Janbon B, Jiménez Del Cerro LA, Keller F, LaManna G, Lauzurica R, Le Monies De Sagazan H, Thaiss F, Legendre C, Martin S,Moal MC, Noël C, Pillebout E, Piredda GB, Puga AR, Sulowicz W, Tuglular S,Prokopova M, Chesneau M, Le Moine A, Guérif P, Soulillou JP, Abramowicz M, Giral M, Racapé J, Maggiore U, Brouard S*, Abramowicz D*. The DESCARTES-Nantes survey of kidney transplant recipients displaying clinical operational tolerance identifies35 new tolerant patients and 34 almost tolerant patients. Nephrol Dial Transplant. 2016, 31, 1002-1013

2015

Diss M, Ranchin B, Broly F, Pottier N, Cochat P. [Type 1 xanthinuria: Report on three cases]. Arch Pediatr. 2015, 22, 1288-1291

Jamet MP, Gnemmi V, Hachulla É, Dhaenens CM, Bouchindhomme B, Delattre C, Glowacki F, Hatron PY, Lacour A, Lamblin N, Launay D, Leleu X, Guiochon-Mantel A,Valleix S, Maurage CA, Copin MC, Buob D. Distinctive Patterns of Transthyretin Amyloid in Salivary Tissue: A Clinicopathologic Study of 92 Patients With Amyloid-containing Minor Salivary Gland Biopsies. Am J Surg Pathol. 2015, 39, 1035-1044  

Gnemmi V, Verine J, Vrigneaud L, Glowacki F, Ratsimbazafy A, Copin MC, Dewilde A, Buob D. Microvascular inflammation and acute tubular necrosis are major histologic features of hantavirus nephropathy. Hum Pathol. 2015, 46, 827-835

Thèses en cours

  • Decourcelle Amélie (D3 en 2019 – Directeur Thèse: Vanessa Dehennaut)
  • Goy Erwan (D3 en 2019 – Directeur Thèse: Corinne Abbadie)
  • Lemaire Julie (D2 en 2019 – Directeur Thèse: Nicolas Pottier)
  • Fellah Sandy (D1 en 2019 – Directeur Thèse: Christelle Cauffiez)

Thèses soutenues

  • ABDELFETTAH Souhila (soutenue le 19/12/2019) dirigée par : Dominique LEPRINCE
  • DEWAELES Edmone (soutenue le 05/11/2019) dirigée par : Christelle CAUFFIEZ and David BLUM
  • TEISSIER Thibault (soutenue le 20/09/2019) dirigée par : Christelle CAUFFIEZ and Eric BOULANGER
  • HENNINO Marie-Flore (soutenue le 28/04/2017) dirigée par: François GLOWACKI and Christelle CAUFFIEZ
  • SAVARY Grégoire (soutenue le 20/12/2016) dirigée par: Christelle CAUFFIEZ and Bernard MARI
  • PAGET Sonia (soutenue le 15/12/2016) dirigée par: Dominique LEPRINCE
  • TOMEZAK Maxime (soutenue le xx/12/2016) dirigée par : Fabrizio CLERI and Corinne ABBADIE
  • DUBUISSEZ Marion (soutenue le 05/10/2015) dirigée par : Dominique LEPRINCE
  • NASSOUR Joe (soutenue le xx/09/2015) dirigée par: Corinne ABBADIE